Petite pêche au Pays Basque espagnol : un bateau, c’est une famille

Julián est un pêcheur artisan à Hondarribia (Fontarrabie en français) port de pêche situé au cœur du Pays Basque espagnol.

Julián pêche le merlu dans les eaux de la mer Cantabrique.

À bord de son bateau la Gure Ama Martina (notre mère Martina), baptisé en l’honneur de sa mère, il nous raconte sa vie de pêcheur.

Comme son père et son grand-père avant eux, Julian et son frère pêchent chaque jour avec des méthodes de pêche respectueuses, ancestrales.


Pour activer les sous-titres cliquez sur le bouton

Cette pêche est artisanale, familiale nous explique Julián.

Un portrait émouvant, touchant … Et surtout, tellement proche de ceux de Gwen ou d‘Anne-Marie. Car où que soient les artisans en Europe et ailleurs, tous ont un même désir : le droit de pêcher mieux, pour le futur des océans et des pêcheurs.

Tous les portraits de la campagne : Petite Pêche, Grand Avenir

Vos commentaires

Poster un commentaire

15 commentaires pour « Petite pêche au Pays Basque espagnol : un bateau, c'est une famille »

Les débarquements de poissons en criées du Languedoc-Roussillon sont passés de plus de 25 000 tonnes en 2002 à 5 000 tonnes à peine en 2011 (on admet que 80% des poissons traites en criees proviennent des "gros" chalutiers de 24m). C’est un véritable effondrement dont les causes sont encore mal connues, ou du moins, très mal explorées.
Face à ce constat, je note avec plaisir le récent soutien, certes très insuffisant, apporté à la pêche artisanale et aux petits métiers de la mer par les autorités concernées. Néanmoins, les agressions environnementales et les prédations des ressources ont été d’une telle intensité que des mesures d’égale ampleur doivent être prises afin de mettre un terme aux dérèglements économiques, sociaux et environnementaux qui minent irrémédiablement le secteur.
De ce fait, ma reflexion me conduit a dire que « Les pêches artisanales doivent être soutenues et développées car elles pratiquent une pêche probablement soutenable et contribuent à une économie stabilisée locale, régionale et nationale ».

suis pas expert de la pêche, mais il semblerait qu'au dela du soutien aux artisans, il serait temps de freiner un peu la société intermarché, qui avec ses bateaux (70% de la flotte française si bonne mémoire) est en train de tout scraper au fond des océans.

en tous cas, pour ceux qui ont la chance d'abiter près d'un port de pêche ou d'un marché local, ce serait plutot là qu'il fait bon acheter du poiscaille. en prime il est moins cher..

ici on met 4 branches de fenouil récolté à la colline loin des voitures au fond du plat, un oignon en rondelles, le poisson en filet ou entier selon l'arrivage, des rondelles de citron, sel poivre, des fleurs de fenouil, de l'huile d'olive, un fond de vin blanc ou de fumet de poisson, un moment au four en arrosant de temps en temps avec le jus (si c'est la fête en sortant du four tu flambe au pastis), et.. MIAM !!

les bonheurs simples de la vie :)

Je suis végétarien ; je respecte la vie, sous toutes ses formes.

Nidish dit : Tuesday 11 December 2012 à 20:10
Je suis végétarien ; je respecte la vie, sous toutes ses formes.

Ha, bon, parce que c'est pas vivant, les végétaux ?? Cf cours de SVT de 6° ...

@ Simon, Nidish voulait parler du respect des êtres vivants en général (par là il entends peut-être la surpêche), dans ce cadre, décîmer une espèce reviens à ne pas la respecter.
Cours de logique niveau zéro.

JE suis d'accord avec Nidish bien qu'il n'ai pas exprimé son opinion clairement.

Je trouve que la peche artisanal a tous ses charmes face a la peche industriels et que la qualité de nos artisants est plus respectueux de la nature et des reserves de l'ocean je pens que les artisants devraient proteges car eux aussi ils sont en voie de disparition et pourtant la qualité de leur travail est remarquable.Amicalement Christian

Tout à fait, c'est ce genre de pêche qu'il faut soutenir! Mais comment lutter contre le lobby de la pêche industrielle? Comment faire en sorte que les gens consomment autrement?

Personne n'arrêtera cette pêche décidée par les uns que par les pays de ce monde de fous qui a utorisé le développement des bâteaux USINES construis et se profiler sur toutes les mers sans respect des zones internationales. Des petits pêcheurs de l'Afrique contemple, impuissant, face aux bâteaux usines prroches et même dans la zônes internationale de leur pays. Greenpeace en assez montré dans les émissions de la presse audio visuelle.
Monde de fous qui comprend l'intêret par l'intêret, le rendement, le chffre d'affaires, en premiere position la Chine elle même, le Japon n'est pas des moindres de bâteaux usines pour la destruction des mers, la poursuite de gros cétacés les baleines, les dauphins et quand ceux la auront disparus alors on s'attaquera aux phoques, personne n'aura à redire encore quoique ce soit, on laissera filer.
Greenpea&ce fait selon leur moyen encore heureux qu'ils existent longue vie
à cet organe de défense de la vie terrestre.

Bonjour la barrière des langues fait que je ne comprend pas absolument RIEN, leurs produits je ne les ai jamais vu ni gouté, ce qui est dommage c'est la mondialisation libre circulation mais pas de la France à la France , bon courage .

Est que GREENPEACE est prête a reconnaitre ses erreurs passées envers la petite pêche méditerranéenne et a se battre concretement pour rétablir sa polyvalence?

en méditerranée la pêche c étais aussi une famille et puis vous êtes arriver
les défenseur de la pêche artisanale elle est ou maintenant la peche artisanale

Il est temps que l'Europe arrête de subventionner les bateaux usines et enfin de programmer tout simplement leurs interdictions; redevelopper la pêche artisanale et ma foi sur les étalages il n'est pas nécessaire d'avoir toute la panoplie des poissons qui hélas une fois défraichies partent en grande partie à la poubelle. Arrêtont le gaspillage et revenons à la raison;

NON au pillage des mers et aux gaspillages monstrueux.
OUI à la pêche. Mais à une pêche intelligente et très raisonnée...

bonjour; moi aussi je suis pour le respect de la vie, il y a des excès dans tous les domaines, heureusement qu'il y a des asso comme Greenpeace, il y a un manque de respect de cette pauvre terre qui nous nourri, nous loge, ........pendant des années la quantité a été privilégiée à la qualité avec un gaspillage monstre, tuant sans vergogne, beaucoup ont fait passer leur intéret ( particulièrement financier !!!!! ) il est largement temps que les choses changent : il y a urgence ; nous les consommateurs ont a notre part de responsabilité : AGISSONS
bonne journée à tous

ce navire Gure Ama Martina fait quand même 21m de long !...

je rappelle que le critère de "petite pêche artisanale et côtière" que la commission européenne souhaite introduire sous la pression des ONG dans la future réforme de la politique commune des pêches limite cette appelation aux seuls navires de moins de 12m (et hors arts trainants donc exit aussi les petits navires de pêche de la coquille st jacques par ex)
je souris de voir que la position de Greenpeace semble être à geometrie variable suivant les endroits où ils interviennent.

Par ailleurs les profanes doivent savoir que la flotte de pêche espagnole (tous navires confondus) pêche 5 à 10 fois plus que son quota de merlu que l'on voit sortir de l'eau dans la video !
Même si ce pêcheur a l'air à la fois sympathique et sincère, il participe malheureusement à l'un des scandale les plus énormes de la pêche européenne d'aujourd'hui.

je préfère un poisson "légal" pêché dans le respect des quotas qu'un poisson illégal quand bien même aurait il été pêché à l'hameçon par un "artisan" de 21m....

juste pour vous donner un aperçu de la complexité des problèmes que les profanes ne peuvent connaitre; cela doit juste alors les inciter à de la retenue, de la modération et à éviter de "gober tout cru" ce que certains leur servent sous le nez...

la pêche artisanale de l'ile d'Yeu et de méditerrannée se souvient encore douloureusement de la désolation qu'a semé Greenpeace chez eux

Les commentaires sont fermés